Test : Super Off Road

Plus connu chez l’Oncle Sam, les courses de Monster Truck, à savoir les véhicules 4*4 aux roues surdimensionnées, ont eu aussi droit à leur déclinaison vidéoludique. Graftgold, le studio Anglais développe sur Amiga en 1990, pour le compte de Virgin Mastertronic, SUPER OFF ROAD, conversion de la version Arcade sorti, quant à elle, un an auparavant. On me dit dans l’oreillette qu’une vraie jante de Monster Truck était offerte pour tout achat du jeu… A confirmer…

Bonjour le prix d'un pneu... o_O

Quand Marvel envoie un Avengers piloter des Monsters Trucks.
Ivon « Ironman » Stewart’s Super Off Road, v’là pas là un super titre de jeu ?  Un nom associé à un jeu de sport est monnaie courante, Ivon Stewart est donc le sportif partenaire de Super Off Road. Ivon Stewart surnommé Ironman, rien que ça, est en retraite depuis 2000 mais à un palmarès assez conséquent dans la discipline.

Super Off Road est comme vous vous en doutez un jeu de course. Petite particularité, le circuit tient entièrement à l’écran en vue de dessus et de ¾. Ou SINGLE SCREEN TOP DOWN si vous voulez la jouer chébran !  Bon d’accord, les monstres que sont les Monster Truck deviennent pour le coup de minuscules petites bagnoles, mais je vous rassure ce n’est pas un point négatif. C’est d’ailleurs un système qui a été repris du jeu Super Sprint.

A travers les huit circuits que propose le jeu, que vous aurez l’occasion de faire dans les deux sens, vous devez finir premier de la course, sous peine de perdre un précieux crédit. Quelques bonus apparaissent aléatoirement sur la piste, de l’argent ou des nitros. En appuyant sur la touche Fire, vous disposez d’un coup de nitro vous permettant par la même occasion de prendre l’avantage, ou bien souvent de rattraper les autres concurrents, car si au début ça semble facile, l’IA ne vous laissera aucuns répits par la suite.

La customisation avant la course, faites le
bon choix !

Tout seul c’est pas mal, mais à trois c’est le pied.
Si quatre pilotes s’affrontent sur la piste, seul trois joueurs peuvent prétendre de courir sur la même piste qu’Ironman, car celui-ci sera toujours en piste, oui le monster truck gris que vous aurez souvent devant vous. Mais à trois sur le même écran, et oui pas de split-screen ici puisque le circuit complet tient sur l’écran, faut suivre un peu ! Le fun est largement au rendez-vous.

Grosse voiture, petit… budget !
Il est a noté qu’entre chaque course, vous avez la possibilité, moyennant finance bien évidement, de customiser votre véhicule. Nitro, pneu, suspension, vitesse et accélération sont les différents réglages possibles. Vous avez le choix, pour les férus de tuning d’utiliser carrément l’argent d’un crédit… Ces customisations ne sont pas anecdotiques, puisque les autres concurrents ne font pas dans la dentelle. De là à vendre des crédits je sais pas, car il tellement facile d’en perdre un…

Ouf, la premier place pour Bibi !

Techniquement, le jeu ne souffre d’aucun défaut, il est même très proche de la version Arcade. Les graphismes sont assez réguliers, que ce soit les engins automobiles ou les circuits, ils sont simples mais adapté à ce genre de jeu. Du point de vue de l’animation, c’est vraiment du tout bon, c’est ultra-fluide et les bolides répondent au doigt et à l’œil, par contre il va falloir un petit temps d’adaptation pour maîtriser l’engin, car les directions droite et gauche font pivoter la voiture sur un axe central, et la touche haut vous permet d’accélérer. Le frein, y’en a pas, comme ça c’est réglé, mais il suffit juste de lâcher l’accélérateur et la voiture ralentit puis s’arrête. Une fois que vous êtes bien familiarisé avec les commandes c’est que du bonheur.

La moindre erreur sera fatale.

Côté son, là aussi c’est pas mal. Chaque circuit a son propre thème musical et les bruitages collent bien à l’ambiance, notamment lorsque vous franchissez la ligne de départ pour le dernier tour, le vrombissement est très réaliste et nous met encore un peu plus de pression. Il y a même, lors du podium si vous êtes premier, quelques notes de l’hymne national du pays que vous aurez choisi. Vous pourrez même renseigner votre date de naissance !! Bon je l’avoue, ça ne sert strictement à rien… Si peut-être à se rajeunir un peu…

Vers l’infini et au-délà…
La durée de jeu de Super Off Road est assez conséquente puisqu’elle est infinie. Vous aurez les huit circuits à faire (dans les deux sens) jusqu’à l’épuisement des crédits. C’est bien regrettable que le soft ne nous propose pas de Championnat, sûrement dû au fait qu’il s’agit d’un jeu d’Arcade à la base. Mais je crains que faire des courses à l’infini ne lasse à la longue…

Il aura de la tôle froissée à la fin de la
course...


Super Off Road est donc une excellente conversion de la borne d’Arcade de LELAND. Techniquement bien réalisé et doté d’une excellente maniabilité, le jeu à plusieurs vous fera passer de très bons moments. Seul, le jeu devient moins intéressant mais reste quand même excellent. Un coup de cœur de votre serviteur…

Off Road Challenge sur Arcade
SUPER OFF ROAD : DE NOS JOURS
Deux suites ont vu le jour, mais on oublie la vue de dessus sur un écran, ici on passe en 3D.
OFF ROAD CHALLENGE sur Arcade en 1997 et sa conversion NINTENDO 64 en 1998 et OFF ROAD THUNDER en 1999 sur borne d’Arcade et disponible sur la compilation Midway Arcade Treasures sur X-BOX, PLAYSTATION 2 et GAMECUBE.
 

 

Les Plus

  • Maniabilité, une fois maitrisée, au top.
  • Jouable à trois.

Les Moins

  • Courses à l’infini.


Test rédigé par Sebkos, le 02/12/2016

Retour sur la fiche de Super Off Road

Notes

graphismes16
16
musique/sons16
16
animation17
17
maniabilite16
16
difficulte18
18

intérêt

88 %