Test : Pegasus

La mythologie Grecque vous fascine ? Votre rêve le plus intime est de chevaucher le cheval ailé Pégase ? Ce qui suit devrait combler tous vos désirs. Développé par OPTIMUS, édité par GREMLIN et sorti en 1991 sur Amiga, PEGASUS n’a pas fait une grande percée à l’époque, mais mérite sûrement qu’on y jette un œil.

Persée en quête de Pégase.

Quand Zeus est en vacances, Satan en profite…

Après de nombreuses décennies de combats contre ses sbires, les hommes furent résignés à abandonner le monde à Satan. Chan le sorcier rêva d’un cheval ailé chevauché par un brave guerrier. Persée lui, fit le songe qu’à dos de Pégase il délivra le monde du Satanisme en allant défaire Satan lui-même en Enfer. Bien décidé à accomplir son destin, Persée file tout droit au château de Chan, qui lui remettra le cheval ailé Pégase.
Les religions judéo-chrétiennes rencontrent la mythologie Grecque, et il faut croire que cela n’a pas dérangé les développeurs. Il est vrai que Satan reste le plus grand méchant de tous les temps… Alors pourquoi pas…

Deux jeux en un !
Pegasus est un mix d’un Shoot-Them-Up et un jeu d’action à pied. En effet, sur les 50 niveaux (5 mondes de 10 niveaux) que comporte le jeu, vous alternerez entre un shoot à dos de Pégase et un jeu d’action en dirigeant directement le héros Persée qui ressemble étrangement à Arthur de Ghost’n Goblins.

Les cristaux sont à collecter sans
modération !

Dans les deux phases du jeu, vous serez amené à récolter des cristaux qui serviront aussi bien à upgrader votre arme de base qu’à gagner une vie supplémentaire. Quelques bonus traditionnels tels que les Smart Bomb ou encore l’invincibilité sont bien évidemment de la partie.

A chaque fin de monde, vous aurez pour récompense un mot de passe, car le jeu reste assez long du fait de ces 50 niveaux.

Graphiquement, le jeu est très agréable, les couleurs sont chatoyantes. Les décors ainsi que les sprites sont très détaillés, dommage que ces derniers soient si petits. L’animation n’est pas non plus en reste, le vol de notre cheval ailé Pégase est très réaliste et le tout est d’une excellente fluidité.
Niveau sonore, là aussi c’est pas mal sans être transcendant. La musique d’intro signée BARRY LEITCH aka BAZ est de très bonne facture, malheureusement ça sera la seule musique que vous entendrez, car durant le jeu, vous n’aurez que des bruitages, corrects mais sans plus…

Persée en enfer, il fait un poil chaud...


Question durée de vie, là, on n’est pas volé… Les cinquante niveaux que vous aurez à traverser vous prendront pas mal de temps. Je dirais un peu trop même, car le défaut majeur de Pegasus est sa répétitivité. Malgré ses deux « modes » de jeu distinct, l’ennui prend rapidement le dessus. Peut-être que moins de niveaux aurait pu faire l’affaire, ou plus de variété…

Bien que Pegasus allie deux phases de jeu différentes, une réalisation plus qu’honnête, le plaisir d’y jouer s’envole petit à petit au cours du jeu. Il reste cependant un bon jeu qui n’aura pas pu se hisser au niveau des hits de l’époque, d’ailleurs je dois vous avouer que je n’ai connu ce jeu que très récemment…

Les Plus

  • Deux jeux pour le prix d’un.
  • Graphiquement coloré et agréable.

Les Moins

  • Un peu trop long, voir lassant.
  • Mais que diable, pourquoi Satan dans la mythologie Grecque !


Test rédigé par Sebkos, le 06/11/2016

Retour sur la fiche de Pegasus

Notes

graphismes17
17
musique/sons15
15
animation16
16
maniabilite17
17
difficulte17
17

intérêt

80 %