Test : Indiana Jones And The Fate Of Atlantis

Pour le test d’INDIANA JONES AND THE FATE OF ATLANTIS, je pensais faire une intro avec le thème d’Indiana Jones, vous savez … Ta ta ta taaaa, ta ta taaaa… Mais je me suis dit que ça allait être du réchauffé, pis je vous ne le cache pas, un brin ringard… Alors j’me suis dit, pourquoi pas le générique de fin ?
Ta ta ta taaaaa, ta ta taaaaa, ta ta ta taaaa, ta ta ta ta ta …

Si l’âge d’or des jeux d’aventure point’n’click correspond avec celui de LUCASARTS, c’est bien de l’histoire ancienne… Je vous rappelle tout de même que le studio est à l’origine de Maniac Mansion, la série Monkey Island, Loom, Indiana Jones et j’en passe !  Bon, j’avoue le point’n’click n’est pas mort, mais Lucasarts aux prises avec Mickey, est, quant à lui bien au fond du trou. Qu’importe, revenons en 1993 car Indy déboule sur Amiga avec un scénario complétement original.

L'intro interractive du jeu est
excellente !

Alors à la fin, le mec y meure …
La trame du jeu se déroule en 1939, à l’aube de la Seconde Guerre Mondial. Un visiteur prénommé Mr Smith, rien à voir avec l’Agent de la matrice, requiert l’aide de notre archéologue préféré afin de retrouver une statuette cachée quelque part au Barnett College. Mais ce bon Mr Smith n’est pas si bon qu’il en a l’air. En même temps, vu son imper, il était louche… Bon d’accord, je ne spoile pas le jeu, mais les plus malins auront remarqué que cette statuette doit très certainement avoir un lien avec le mystère de l’Atlantide ! Oui, c’est un peu le titre du jeu…

Je vous préviens, le troisième choix
aura des conséquences ...

Indiana Jones and the fate of Atlantis fait donc suite à Indiana Jones et la dernière croisade, qui lui était basé sur le film éponyme. Point’n’click des plus traditionnels, ce second épisode reprend tous les ingrédients qui ont fait le succès du premier. Neuf verbes pour interagir, des dialogues à choix multiples et le plus important, trois aventures différentes !
Bon, quand je vous dis trois aventures différentes, ce n’est pas totalement vrai… Plutôt trois cheminements, car à un moment de l’aventure, une terrible décision vous sera demander de faire. A savoir, continuer l’aventure seul avec votre petit cerveau bien entrainer au sudoku, ou bien alors avec vos petits poings façon Rocky, et pour finir partir à l’aventure en duo, avec Sophia Hapgood, qui ne manquera pas de vous aider, et de vous taquiner un poil ! Ce choix n’est pas anodin puisqu’il influence un chouilla l’histoire, le gameplay et les énigmes.
 

Attention, votre choix ne doit pas fait à la
légère !

 

Hadouken !!

Voyage, voyage, plus loin que la nuit et le jour…
L’excellent scénario complétement original (ah bon, je l’ai déjà dit ?) vous fera voyager. New York, l’Islande, la Crête, l’Algérie, Monte-Carlo, l’Atlantide (rhaaa mince j’l’ai dit…) et tout ça, aussi bien à pied, en voiture, en chameau, en montgolfière et même en sous-marin ! Sans trop vous dévoiler l’histoire, vous serez amené dans un premier temps à rechercher Le dialogue perdu de Platon. Lucasarts ne s’est pas moqué de nous et l’équipe a dû passer quelques temps à la bibliothèque municipale pour faire tout un tas de recherche sur l’Atlantide. Si le mythe fait bien rire les spécialistes, et renfloue les poches des scénaristes d’Hollywood, Platon, un des plus grands philosophes antiques, (peut être juste derrière BHL… enfin seulement dans la catégorie antique pour lui) en parle plusieurs fois dans ses Dialogues. Alors, mythe ou réalité, c’est ce qu’Indiana Jones va tenter de résoudre avec l’aide de Sophia Hapgood, ancienne archéologue devenue voyante…

Tout comme le précédent volet, vous pouvez mourir dans le jeu, alors je vous conseille fortement de sauvegarder régulièrement. A noter aussi que les réponses que vous donnez à vos interlocuteurs peuvent parfois, suivant le ton, finir en baston, alors méfiance. Surtout que les combats ne sont pas franchement intéressants, il suffit de marteler les boutons de la souris pour donner des coups de poings… Pas plus fun que Street Fighter 2 me direz-vous…

 

Le secret de l'Atlantide serait-il dans cette
statuette ?


 

A noter également, que vous pouvez résoudre certaines énigmes de plusieurs façons différentes. Aussi, les objets ne sont pas forcément au même endroit, je pense notamment au Dialogue perdu de Platon. Ce qui augmente, une fois de plus la re-jouabilité du soft, qui est déjà dotée d’une excellente durée de vie. Sans compter que certaines énigmes ne sont pas vraiment super évidentes à résoudre…

L'ophiophobie d'Indiana Jones est
toujours d'actualité...
 

Techniquement, c’est de la bombe ! Graphiquement d’abord, les décors et personnages sont très détaillés et excellemment bien animés. Quelques animations en gros plans pour certaines actions seront de la partie, mais il ne s’agit d’animation image par image seulement, dommage. Cela n’altère en rien la qualité des graphismes. Côté sons, c’est du tout bon aussi, de nombreuses musiques, pour chaque lieu visité en fait. Après les bruitages restent très sommaire mais c’est souvent le cas pour ce genre de jeu…

Tout comme Monkey Island 2 : Lechuck’s Revenge, le jeu comprend pas moins de onze disquettes. Je ne vous raconte pas les séquences de grille-pain que vous allez vous taper. Mais je vous rassure, le jeu est installable sur HD, et côté émulation, la version WhdLoad deviendra, à coup sûr, votre dernier choix !

Pour son dernier jeu développé sur Amiga, Lucasarts nous a pondu un jeu d’excellente facture. Devenu aujourd’hui un classique du genre avec si je ne vous l’ai pas dit un scénario complètement original, Indiana Jones and the fate of Atlantis est, sans aucun doute, un des meilleurs jeux d’aventure sur Amiga ! Sa place est dans un musée…
Ta ta ta taaaaa, ta ta taaaaa, ta ta ta taaaa, ta ta ta ta ta …

Les Plus

  • Trois modes de jeu différents.
  • Mais oui, un scénario complétement original !
  • Vos méninges vont être sollicitées.
  • Un humour qui fait souvent mouche.

Les Moins

  • Certaines énigmes pas super évidentes.
  • Un système de score dont tout le monde se fout…


Test rédigé par Sebkos, le 17/11/2017

Retour sur la fiche de Indiana Jones And The Fate Of Atlantis

Notes

graphismes17
17
musique/sons17
17
animation16
16
maniabilite17
17
difficulte18
18

intérêt

95 %